Sk8tember : suite et fin d’une trilogie épique

Sk8tember : suite et fin d’une trilogie épique

« L’histoire est écrite par les vainqueurs. »

Sk8tember était en 2016 le premier rassemblement de skateboard et de wakeskate en France. Aujourd’hui le Price Money attire de plus en plus de challengers. Le phénomène a pris de l’ampleur et plusieurs centaines de personnes ont fait le déplacement pour assister au traditionnel choc des titans.  Le résultat final a fait l’effet d’une bombe et pourtant, il fallait en découdre. Retour sur cette journée incroyable.

Les riders étaient au garde-à-vous dimanche malgré une soirée animée la veille… Tous ont révisé leurs enchainements dès les premières lueurs du matin. Coté skateboard, les qualifications se déroulent sous forme de battle entre les 16 participants. Coté wakeskate, le format est revu pour inciter les 18 hommes à proposer une ligne spectaculaire : les obstacles représentent 50% de la note tandis que 40% sont dédiés aux tricks de flat et 10% à la composition du run. Chacun aura trois chances de s’exprimer.

Ce sont les filles et les kids qui lancent le contest de wakeskate tandis que se déroulent en amont les qualifications de skateboard sur la rive du Dock Trampoline. La chute entraine un « No Score » il faut d0nc rester concentrer et donner le meilleur de soi pour accéder aux phases finales. Aurélien Puits, Chef Juge et skateboarder, est assisté par le juge fédéral Charly Royer et par Ken Nadas, wakeskater et juge de Sk8tember depuis sa première édition.

À la grande surprise générale le niveau des filles et des kids monte d’un cran cette année et l’on commence à voir des enchainements intéressants : 3-shuv, big spin, body varial, front shuv, etc. Tout le monde reste abasourdi par la talentueuse Hélène Gerard qui concoure à la fois en wakeskate et en skateboard. Les deux gagnants du contest kids Gabin Alibert et Sam Da Costa sont invités à participer aux qualifications des adultes. Les kids sont également présents en skateboard grâce à la progéniture de la famille Roehrer, skateboarders de père en fils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *